« Changer en echangeant sans craindre de se perdre. » Edouard Glissant

Prouvez que vous n’êtes pas une machine : 5   +   9   =  

Du 8 au 29 novembre

 

 

Programmation du festival

  • Rencontre-débat / 30 ans de luttes politiques et culturelles des quartiers – 1983 – 2013.
  • Théâtre / « Les femmes de l’horizon » (troupe de femmes de Bourbaki) + « Et puis, nous passions le pantalon français… » d’après « La Double absence » de Abdelmalek Sayad. (Cie Quelques-unes d’entre nous) / Suivi d’une rencontre avec les comédien-ne-s. / 18h / Espace JOB / Entrée libre
  • Concert & danse / Karimouche, Cie Etat d’Esprit /  21h / Centre Alban Minville / 12€ – 15€ (en partenariat avec les Escales Toucouleurs)
  • Karaoké de l’immigration animé par Naïma YAHI / Suivi du bal « Ghorba Connexion » animé par les Dj Toukadime. / 16h / Espace JOB / Entrée libre
  • Concert / Cheikha Rabia
  • Concert / El Gusto + Origines Contrôlées / 19h30 / La Halle Aux Grains / 17 €
  • Concerts / Les Ogres de Barback + Mélissa Laveaux + Comme un guitariste chilien / 20h / Le Bikini / 20 €
  • Concerts / Rachid Taha + Asian Dub Foundation + Hakim me the night / 20h / Le Bikini / 20 €
  • Projection / « Marchons, marchons » réalisé par Naïma Yahi, Samia Chala et Thierry Leclère

 

  • Exposition / « Les femmes connaissent la chanson »
  • Présentation de l’exposition « Ceux qui marchent encore »
    Remue-mémoires

Ce ne fut pas simple, mais il a fallu se rendre à l’évidence. Les immigrés ne rentreraient pas chez eux. Le mythe du retour a volé en éclats, dans les années 1980, avec l’émergence de la seconde génération de l’immigration sur la scène publique (et politique). La Marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983 en a été la meilleure illustration. Il a fallu alors faire le constat, douloureux pour la première génération, difficile pour la société, que des Français imprévus frappaient à la porte de l’égalité des droits et de la citoyenneté.

Les années 1980, c’est ce moment où l’on passe de la question de l’immigration à la question des quartiers, c’est le moment où les « quartiers » commencent à se faire entendre.

30 ans après les marches pour l’égalité, on se souvient que ces initiatives vont accompagner et révéler l’émergence d’initiatives culturelles et associatives. Celles-ci structurent encore aujourd’hui le paysage associatif, culturel, et militant. Tactikollectif est issu de cette histoire.

Depuis plus de 10 ans les débats sur les questions d’histoire et de mémoires ont considérablement évolué dans le pays. L’histoire de l’immigration est devenue un enjeu politique, scientifique mais aussi culturel, artistique… un enjeu de patrimoine.
En 2013, le festival « Origines Contrôlées » fêtera ses dix ans d’existence. Devenu événement incontournable dans le paysage culturel de la ville et de la région, le festival demeure également une référence nationale sur les questions d’histoire et de mémoire de l’immigration et des quartiers populaires, tant sur le plan artistique que politique.

Une double identité revendiquée, placée au coeur d’une démarche d’éducation populaire, dont le festival cherche, à sa manière, à renouveler les formes.

A l’occasion de cette 10èmeédition, l’association Tactikollectif souhaite donc donner une dimension significative au festival « Origines Contrôlées ».

Cette 10ème édition du festival Origines Contrôlées se déroulera en lien avec l’accueil aux Jacobins de l’exposition « Générations, un siècle d’histoire culturelle des maghrébins en France ». Cette exposition de grande qualité scientifique et culturelle, présente de manière pédagogique et attractive l’histoire au long cours… Elle constituera pour Toulouse, un événement sans précédent sur l’histoire de l’immigration.

Depuis 10 ans, avec la démarche Origines Contrôlées, et le travail artistique et culturel, et en nous mobilisant sur les questions d’histoire et de mémoire, plus que des questions identitaires, c’est bien du rapport à la société française, à sa mémoire collective et à son histoire dont il est question. Des questions d’égalité. Ecrire cette histoire, c’est dire la place dans l’histoire nationale, c’est interroger le présent, jusque dans les soubresauts de l’actualité, pour ne pas accepter les discours simplistes et démagogiques, qui laissent entendre que pour certains l’intégration serait impossible du fait de leurs origines. L’histoire prouve le contraire.

10 ans d’ « Origines Contrôlées », et si le travail ne faisait que commencer…

Partager